Charlottever

Charlottever

Mon père

-Je ne pensais pas qu'il ferait tout cela! disait-on dans le village.

Tout  cela mais quoi au juste? Certains s'interrogeaient, d'autres haussaient les épaules, comme si c'était une absurdité.

A 60 ans passés, Dédé avait décidé d'enfourcher son vélo et de se s'imposer un nouveau challenge. Il allait parcourir quelques milliers de kilomètres, seul.

Il s'était entrainé, avait acheté le vélo qui l'emmènerait à 3000 km de chez lui. Il avait établi l'itinéraire, était allé sur de nombreux sites internet afin de pouvoir discuter avec d'autres cyclistes. Dédé ne partait jamais au hasard. Il préparait tous ses voyages puis en fonction de ce ou ceux qu'il rencontrait, il improvisait!

A 16 ans déjà, il était parti à pied, avec en poche, les quelques sous gagnés en travaillant dans les champs. Il était allé jusqu'en Norvège.

Il ne sait jamais s'il arrivera au bout de sa quête mais il en a la volonté.

Il y a dix ans, il s'était donné quelques mois pour atteindre le sommet du Mont Blanc. Il avait tout d'abord gravi le Mont du Tacul (4248m) afin d'être certain de ses capacités. Monter à une telle altitude demandait du souffle, les passages étaient parfois très étroits et extrêmement dangereux. Il avait donc réservé une nuit sur le Mont Blanc, l'ascension se faisant sur 2 jours. Mais, il avait eu la désagréable surprise de devoir annuler son excursion pour cause d'intempéries, le matin même du départ. Il en était bouleversé!

L'existence d'André était plus que bien remplie. C'était un homme d'action, au service des autres.

En effet, alors qu'il habitait encore en Normandie, il avait fondé dans son village le club de football puis celui du tennis de table. Le nombre d'inscrits était conséquent puisqu'il n' y avait rien alors dans notre petite commune. Il s'était battu pour obtenir les fonds qui lui permettraient d'acheter le matériel.  Il n' était pas seulement président de ces clubs mais aussi joueur. Je crois bien aujourd'hui que quelque soit le sport, il est capable de réaliser des prouesses!

C'est un homme qui marque les gens partout où il passe! La preuve en est qu'à ce jour, un stade de football porte son nom!

Si Dédé n'aime pas parler de son enfance, c'est parce que même si elle fut heureuse, elle n'en fût pas moins difficile. Abandonné par sa mère alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson, il fut élevé par sa grand-mère. Un caractère bien trempé mais un monstre de gentillesse quand il s'agissait de veiller sur ses petits. Il vivait à la campagne, avec son frère ainé et travaillait aux champs afin d'avoir quelques argents.  Un père et un grand-père trop tôt disparus et le voilà face à ses obligations! Pour se faire une belle vie, son frère le sermonne et lui demande de travailler plus dur afin de décrocher un diplôme!

Il lui faudra alors quitter sa région du Nord en direction de Rouen! Là encore, il se fera remarqué. Doué en cross, il remportera quelques titres. Il manquera aussi de perdre la vie en faisant du Kayak sur la seine. Du haut d'une péniche, un marin d'eau douce, pensant l'aider à avancer, le poussera à l'aide d'une perche mais ne réussira en fait qu'à le retourner! Il se retrouvera alors coincé sous 5 péniches, placées côte à côte. Il arrivera cependant à ne pas se noyer, et à les traverser en apnée! Son excellente condition physique, aujourd'hui, il en est certain lui a laissé la vie sauve. Dédé raconte que pendant tout le temps qu'il passa sous l'eau, il vit défiler sa vie. Il croit aussi en un coup de pouce du destin, même s'il se défend de dire que rien n'arrive jamais par hasard!

Il y a des hommes qui sont fait pour réaliser de grandes choses, je crois que mon père fait parti de ceux-là. Je ne parle pas de bâtir une cathédrale ou d'inventer le médicament miracle de demain, mais simplement d'aller vers les gens, de faire quelque chose pour eux!

J'ai vu mon père prendre le temps d'aider autrui. Que ce soit pour remplir des papiers lors d'un décès, pour toucher des pensions auxquelles certains ont droit sans le savoir, entrainer les jeunes, organiser des repas, des fêtes, s'occuper de différents clubs sportifs, s'occuper de sa grand-mère lorsque celle-ci ne le pouvait plus, essayer de toutes ses forces d'être juste dans le milieu de l'entreprise lorsque la situation était difficile…j'en oublie et ne peux tout citer. Mais pour résumer, je dirai que c'est un homme bien!

Depuis qu'il est à la retraite, il pense un peu plus à lui en faisant de beaux voyages. Mais là encore, on ne le changera pas : lorsqu'il va au  Mali c'est pour faire de l'humanitaire aussi. Il n'agit jamais en touriste. Il va chez l'habitant, mange à leur table, danse avec eux, joue au football en Afrique avec les jeunes sur le sable quand certains “blancs” mangent leur homard grillé sous la tonnelle, surtout ne pas se mélanger! Je ne l'imaginais pas comme cela avant de voir les films, les blogs qu'il a créés.

Alors, aujourd'hui j'espère que le défit qu'il s'est lancé, il va le réussir. J'ai mis en lien le blog où il raconte, jour après jour son périple. SI vous le voulez, vous pouvez y aller et si l'envie vous prend, si le personnage vous a plu, laissez lui un message. Il lui donnera la force qui lui manque parfois lorsque son vélo fait des siennes ou que la solitude lui pèse.

En tous cas, vous l'aurez compris, cet homme qui est mon père, je l'aime et je l'admire! Mais n'allez pas penser qu'il a réussi cela seul. Il est accompagné depuis plus de quarante ans de mon adorable maman! Mais cela est une autre histoire que je vous conterai peut-être un autre soir!



01/05/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres