Charlottever

Charlottever

Menteur

On a tous fait de petites omissions, mais qui ne portaient pas à conséquence. Des petites cachotteries qui n’entraînaient personne dans leur chute! Une excuse un peu arrangée pour ne pas faire de la peine ou parce que vraiment on se sentait trop mal.

Que celui qui n'a jamais menti, même par omission lève le doigt !

Je me retourne, personne! Au moins vous êtes honnête et je vous en remercie.

Je vais vous raconter l'histoire d'un jeune homme qui a disparu parce qu'il s'est englué dans ses mensonges jusqu'à se retrouver acculé, emprisonné, enfermé. Lui s'est fait prendre mais combien courent encore.

Il fut un enfant et un adolescent sans histoire. Ce n'était pas particulièrement un bel homme, les filles ne tombaient pas en pâmoison lorsqu'elles le rencontraient. En fait, elles ne le remarquaient jamais. Il aurait pu compenser en étant drôle ou remarquable dans un tout autre domaine…mais non, il était décidément semblable à la plupart des gens ici bas! Et, c'est précisément cela qu'il ne supportait pas : le manque de reconnaissance!

Il réfléchit alors à une nouvelle vie au travers de laquelle on l'admirerait! Il s'inventerait une famille très riche de notables, des études de médecin, une carrière…..Il travaillait chaque détail mais n'osait se lancer. Il ne serait pas crédible! Quand viendrait le moment d'inviter ses ami(e)s chez lui ou au restaurant….Il fallait trouver autre chose.

Il mit plus d'une année à s'inventer un nouveau personnage. Pour cela, il s'installait chaque jour à la terrasse des cafés et il observait. Il avait un petit calepin sur lequel il notait précisément tout ce qu'il voyait puis, il analysait.

Il remarqua que l'on avait plus de considération pour les gens tristes, parce qu'ils ont perdu un proche ou parce qu'ils sont malades. Il décida donc d'être malade et d'avoir perdu ses parents de façon dramatique. Il poussa le vice jusqu'à affirmer que désormais il était seul au monde. Chaque jour, il travailla son regard, ses mouvements. Il avait les yeux triste d'un chien qui implore une caresse, des gestes retenus, hésitants qui disaient”s'il te plait”. Il choisit une maladie qui demandait de l'attention et des soins quotidiens mais qui n'était pas contagieuse! Un rein qui ne remplit plus sa fonction de filtre se révélerait parfait, des dialyses…..Il s'était bien évidemment documenté à outrance. Il ne s'agirait pas de tomber dans son propre piège!

Au fil des  jours, il enfilait le costume de son nouveau “moi”! Il lui seyait de mieux en mieux. Il n'était plus gêné aux entournures, celui-ci lui allait maintenant comme un gant! Il se levait le matin et allait à l'hôpital. Il lisait quelques journaux dans la salle d'attente pendant deux heures puis repartait en direction de son travail. Il était secrétaire de mairie et cela lui allait bien. Les horaires étaient assez souples.

Il commença par laisser trainer quelques magazines traitant de médecine. Une collaboratrice l'aperçut et  comme son frère venait d'être opéré de l'intestin, elle vint tout naturellement vers lui afin d'engager la conversation.

Elle lui demanda s'il avait quelques raisons particulières de s'intéresser à ce genre de lecture. Il fit le timide, le gêné, ses yeux de cocker. Puis, sur le ton de la confidence lui avoua les faits. Elle lui proposa de poursuivre cette conversation le soir même à la terrasse d'un café. Il était ravi au plus haut point mais ne le montra pas.

Le soir même, il lui dévoila sa “fausse” vie. Comme prévu, elle le prit en pitié. Leurs rendez-vous devinrent quotidiens!

Elle lui présenta ses amis. Il continua de jouer avec la corde sensible et fit l'unanimité!

Il n'avait jamais été aussi heureux. De nouveaux mensonges naissaient chaque jour, en fonction des occasions qui se présentaient. Il n'était plus lui-même, il était devenu l'autre. Lui n'arrivait plus à  refaire surface, l'autre avait prit toute la place et régnait en maitre!

Son existence avait maintenant un sens pensait-il!

C'était sans compter sur l'arrivée inopinée de ses parents. Ils souhaitaient passer une semaine avec lui avant de partir faire une croisière. L'accueil fut des plus froids. Ils allaient tout compromettre! Il les congédia le soir même prétextant tout d'abord une charge de travail monstrueuse, puis, comme cela ne suffisait pas, il leur avoua qu'il ne voulait plus les voir.

Il les accabla, les rendant responsables de son quotidien. Ils restèrent ébahis devant les propos que tenait leur fils.

Pour résumer, ils ne l'avaient jamais aimé, avaient toujours préféré sa soeur, ne l'avaient jamais aidé en quoi que ce soit et pire l'avaient empêché de faire des études et d'être quelqu'un de bien.

Il parlait fort, criant parfois pour appuyer certains propos. Il était devenu rouge de colère.

Cela avait eu l'effet escompté, ses parents avaient pris la fuite!

Au sortir de l'appartement, ils tombèrent nez à nez avec une charmante jeune fille. Elle remarqua que ces gens visiblement choqués, pleuraient. Ils sortaient de chez son ami, malade, seul au monde….elle marqua un temps d'arrêt. Visiblement, il ne lui avait pas tout dit.

Lorsqu'elle sonna, il mit du temps à répondre. Il lui fallait se calmer. Il regrettait déjà de s'être à ce point emporté. Il allait s'excuser, il n'était pas trop tard. Il ouvrit la porte mais ce n'était pas ses parents. Il sursauta. Elle avança!

Il était mal à l'aise et cela se voyait. Elle vit du désarroi dans ses yeux, elle plongea!

-”Qui sont ces gens qui sortent à peine de chez toi?”

Il fallait répondre très vite.

Rentrant dans son autre moi, il baissa les yeux, soupira et répondit lentement:

-” Les parents d'un ami qui vient de mourir. Il devait se faire opérer du coeur mais il n'a pas survécu à l'opération”

-”Le pauvre, mais où cela s'est-il donc passé. Je le connais?”

-”Non, non, il est de Lyon. Je n'avais pas revu Marc depuis des années”

Elle le consola. Ils firent l'amour comme toujours dans des draps de soie. La passion qui l'habitait depuis le premier jour de sa rencontre avec Isabelle était intacte. Il était très attentionné et elle aimait cela. Ils s'étaient encore rejoué la scène du film 9semaine1/2, glaçons sur le ventre, chocolat et autres aliments étalés sur leurs corps, pour le plaisir des sens, de la chair… Là, tout était bien réel et sincère. On ne peut tricher avec ses sentiments ou alors pas longtemps. Ils paressèrent au lit tout l'après-midi. Entre jeux amoureux et “fausses” confidences.

Parfois, il avait envie de tout lui avouer mais il ne pouvait se résoudre à la perdre! Toute sa vie était maintenant basée sur ses mensonges.

Elle ne passa pas la nuit avec lui. Elle avait réunion le lendemain et devait être en forme. Il la regarda partir à regret…elle avait décidément un superbe déhanché.

Les femmes ne sont pas toutes crédules…quand le doute les assaille, elles doivent en avoir le coeur net.

Isabelle avait un demi frère chirurgien opérant à Lyon , à l'hôpital  Edouard Herriot. Elle n'en avait jamais parlé car ils ne s'entendaient pas très bien. Le soir même, elle décrocha son téléphone et le contacta. Elle lui demanda, si malgré leurs différents, il voulait bien lui rendre service. Le reste de sa vie en dépendait. Il accéda immédiatement à sa demande. Il chercha la confirmation du décès d'un patient pendant une opération du coeur dans un établissement de la région lyonnaise, du prénom de Marc et ayant la trentaine. Il ne trouva rien.

Isabelle reçut la nouvelle comme un coup de poignard dans le dos. Tout allait si bien, elle aurait dû se méfier. Elle enquêta quelques temps, ce fut facile. Il avait gardé sa vraie identité. Tout s'écroulait comme un château de carte au beau milieu d'un courant d'air!

Elle décida de le confondre au beau milieu de tous ses amis mais lorsqu'elle leur soumit l'idée, ils désapprouvèrent.

-”Ton homme est malade au dedans. Il n'est pas totalement responsable. Ne le brise pas devant nous. Eloigne-toi plutôt de lui comme nous allons le faire nous aussi puisque maintenant nous savons. C'est la seule chose à faire.”

Et ils firent ce qu'ils dirent!

Il ne tarda pas à comprendre mais l'autre le gangrenait. Il continua cependant sa supercherie au hasard des rencontres jusqu'au jour où il disparut…



01/05/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres