Charlottever

Charlottever

L'amour,

Après la charmante soirée chez Béa, Mathilde était loin de se douter qu’elle passerait une aussi belle nuit.

Béa avait invité plusieurs couples d’amis et quelques célibataires en nombre pair. Elle avait assis Mathilde entre Dan et Fred.

Dan était fantasque. Il parlait tout le temps de politique ! Cela ennuyait fortement Mathilde qui tout naturellement s’était tournée vers Fred. Il avait un sourire charmant…

Il paraissait un peu timide mais se plia de bonne grâce aux questions de Mathilde. Il s’agissait d’établir le dialogue ! Au début, il murmurait simplement, oui ou non, puis au fil de la conversation, ses réponses se firent plus longues.  Il avait l’air de s’amuser !

Il partageait les goûts de Mathilde pour la lecture, le cinéma et même la musique. En revanche, c’était un adepte des fast-foods contrairement à elle. Elle ne s’en émut pas mais changea de sujet.

Elle aurait voulu lui dire que sa tarte aux citrons était divine, sa mousse au chocolat à tomber et son poulet coco à mourir…Elle se dit qu’elle aurait bien le temps de le lui faire savoir quand ils se connaitraient un peu mieux.

Mathilde n’avait pas connu de grande histoire d’amour. D’ailleurs elle n’avait jamais connu l’amour. Un petit flirt par ci, un autre par là, jamais plus d’une semaine! Elle n’en avait tout simplement pas envie et se disait que lorsqu’elle rencontrerait l’homme de ses rêves, ce serait comme une évidence !

Elle tremblerait des pieds à la tête,  aurait chaud, rougirait comme une midinette, aurait du mal à s’exprimer…en quelques mots, serait une vraie gourde !

Il lui semblait que ce qui lui arrivait depuis quelques minutes ressemblait fort à l’idée qu’elle se faisait de l’Amour. En effet, elle avait du mal à être naturelle, elle se pâmait, riait comme une collégienne…elle se sentait ridicule. Plus ils parlaient, plus elle avait envie de le goûter. Tel  le sucre fondant dans la casserole, elle espérait que ce petit caramel serait fondant, appétissant, croquant…Son esprit vagabondait.

Elle mit tout cela sur le compte de l’alcool. Elle n’aurait pas dû reprendre de champagne. Elle, qui ne buvait d’ordinaire que des cocktails de jus de fruit !

Elle se regarda dans la glace qui lui faisait face ! Elle se trouvait élégante ce soir, de la tête aux pieds ! Un chignon bouclé qui dévoilait sa jolie nuque délicate. Un collier, assorti aux boucles d’oreilles. Du cristal de Swarovski s'il vous plait! Un cadeau de sa mère au dernier réveillon de Noël. Un cristal transparent, pur, léger…elle en était folle.

Pour l’accompagner, elle avait mis un petit chemisier sans manche, au décolleté très  prononcé. Elle se disait qu’à vingt ans, on pouvait tout montrer ! Ce manque de « pudeur » lui était venu l’été dernier alors qu’elle se faisait bronzer sur  la plage de Damgan. Une personne âgée, près d’elle faisait du monokini. Ses seins ressemblaient à des gants de toilettes ! Ils tombaient misérablement sur son pauvre ventre…Le jour même, elle mit tous ses complexes au placard et décida de montrer ses jolies formes pendant qu’il en était encore temps.

Elle portait une jupe noire au dessus du genou, des bas et des hauts talons. Une ceinture rose bonbon donnait une petite touche de bonne humeur à l’ensemble. Elle s’était débarrassée de sa veste en entrant.

Ses grands yeux légèrement maquillés, un peu de paillettes sur les paupières…Elle n’avait pas éprouvé le besoin de mettre du rouge à lèvres.

Elle jeta un œil à Fred, toujours dans le miroir et se dit qu’ils formeraient un joli couple !

La soirée fut très agréable. Béa avait comme toujours su ravir les convives avec ses petits plats exotiques. Ils étaient enchantés,  émerveillés, ensorcelés, envoûtés…

Chacun repartit de son côté. Il était déjà très tard.

Fred tendit sa veste à Mathilde. Il lui demanda la permission de la raccompagner.

Elle sourit béatement.  Il comprit que cela voulait dire oui ! Elle lui prit le bras et tous deux marchèrent ainsi durant les 2 kilomètres qui  les amèneraient chez elle.

Pendant tout le trajet, aucun des deux ne parla. Elle se serrait tout contre lui, il ne la repoussait pas. Ils regardaient le ciel, les étoiles. Mathilde fit un vœu lorsqu’elle aperçut une étoile filante.

-          -Pourvu que cela dure toute la nuit…

Ils arrivèrent en bas de l’immeuble. Il la regarda avec force et conviction et la prit sans ses bras. Il posa délicatement sa bouche sur la sienne et s’en suivit un long baiser langoureux. Le caramel était de toute première catégorie!

Mathilde était conquise. Tout son corps était en émoi.

Sans parler, elle lui prit la main et l’emmena chez elle.

Elle mit la clef dans la serrure, n’alluma pas la lumière. Referma à double tour et prit le chemin de sa chambre. Son cœur avait peur mais son corps était impatient.

Toujours dans le noir (Mathilde avait tellement peur de ne pas lui plaire), elle le déshabilla, tout doucement, embrassant chaque petite parcelle de sa peau. Elle le respirait, voulait s’imprégner de son odeur. Elle n’avait jamais connu une si grande exaltation.

Fred se laissait faire, il était maintenant nu sur le lit. Il reprit alors le contrôle et lui enleva un à un ses vêtements. Il prit tout son temps. Il s'attarda longtemps sur ses bas, s'éternisa sur ses sous-vêtements.Mathilde était en transe.

Tous deux étaient ivres de désir mais ils ne voulaient rien brusquer…ils avaient toute la nuit.

Ils se touchèrent partout, se roulèrent l’un sur l’autre puis n’y tenant plus, il décida de la pénétrer…tout doucement …elle gémissait, tout son corps l’appelait.  Elle était devenue sa chose.

Ils se chevauchèrent l’un et l’autre aussi longtemps que leurs forces le leur permis. Le désir était si fort, le temps était devenu infini!  Leurs deux corps entrelacés, étaient comme deux pièces d’un puzzle…parfaitement  imbriquées. Elle savait à cet instant précis qu’elle venait de trouver sa moitié. Elle se fit tout à tour chatte, chienne, tigresse  et enfin docile, fragile… quand ils s’embrasèrent  enfin. Le plaisir était indescriptible. Elle eut envie de pleurer et de rire. Ils se serrèrent très forts. Ils auraient pu mourir…l’instant était parfait ! Ils étaient trempés de la sueur de l’autre…Ils respiraient difficilement. Dans le silence, leurs deux cœur battaient à l’unisson.

Ils s’endormirent ainsi jusqu’au petit matin.

Elle se réveilla avant lui mais elle n’osa bouger.

Elle le regardait dormir. Il était si beau. Elle repensa à leur nuit d’amour et se prit à vouloir recommencer. Mais, elle n’osa pas de peur de se montrer trop entreprenante. Après tout, que connaissait-il d’elle véritablement? Une fille qui couche dès le premier soir…elle eut honte et puis peur aussi. Peur qu’il ne l’aime pas, qu’il ait juste voulu passer la nuit avec elle…

Il venait maintenant d’ouvrir les yeux. Il vit sa gène, lui sourit tendrement et la prit dans ses bras.

Il l’embrassa dans le cou et lui dit :

-« J’ai adoré notre rencontre, cette nuit prouve simplement que deux êtres se sont trouvés et que, le plus naturellement du monde, ils se sont aimés…

Son sourire prit toute la place sur son visage, elle le caressa et lui dit malicieusement que pour être sûr de ne pas se tromper, il fallait immédiatement recommencer…



01/05/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres