Charlottever

Charlottever

Le Pianiste

10448203_426634737476718_8695639391080233434_n.jpg

10553442_426634777476714_5635574145573876361_n.jpg

Le pianiste est pareil à l'écrivain qui redoute la page blanche,

Lorsqu'il se met au piano et que les notes tombent en avalanche.
Il imagine Mozart, Bach, Haendel, la musique semble légère.
Le virtuose caresse les touches d'ivoire et raconte une histoire.
L'homme est en transe, tout s'accélère.
Le clavier exulte, les marteaux semblent vouloir briser les cordes,
Il va tel un cheval au galop, sans discorde.
Les doigts souffrent, la cadence est infernale,
Mais il faut coûte que coûte arriver au grand final.
L'artiste ne pourra souffrir la médiocrité,
C'est sans fausse note qu'il faudra jouer.
Il travaille dur depuis tant d'années,
Et l'instrument est jaloux et ingrat.
Une journée sans lui accorder la moindre pensée,
Et c'est la débâcle, une vraie cata…
Il a voulu parfois baisser les bras, renoncer…
Mais on n'abandonne pas une passion comme cela.
Son quart de queue, le musicien l'a dans la peau.
Il le sent jusqu'au bout de ses doigts.
C'est une connexion permanente.
Quand il ne le voit pas, le pianiste est en manque.
Il joue aussi la mélodie des autres,
Mais c'est dans ses compositions qu'il se révèle le plus grand.
L'Amphion écrit ses textes, toujours en prose,
Il joue avec les sentiments.
La musique s'imbrique dans le texte et vice versa…
La mélancolie parfois,
L'Amour souvent,
La colère de temps en temps
Le rock 'n roll pour être dans le vent …
Le maestro laisse parler son cœur,
C'est ainsi qu'il est le meilleur.



10/11/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres